TROISIÈME MANDAT, NOMINATION D'UN PM, ÉMEUTES DE MARS... Macky Sall se confie à France 24 et Rfi - THIESACTU

Breaking

jeudi 9 décembre 2021

TROISIÈME MANDAT, NOMINATION D'UN PM, ÉMEUTES DE MARS... Macky Sall se confie à France 24 et Rfi

«Ce débat, je le traiterais à temps voulu et les Sénégalais seront édifiés ». C’est ce que le Président Macky Sall a répondu aux journalistes de France 24 et Rfi qui l’interrogeaient sur une éventuelle candidature en 2024. «Ce qui est sûr c’est que je ne poserai jamais un acte qui soit antidémocratique ou anticonstitionnel parce que je suis profondément démocrate », a-t-il ajouté. Interpellé sur son «ni oui, ni non », lorsqu’il avait été interpellé à cet effet, Macky Sall a persisté qu’il décidera de parler «quand le moment sera venu, pas maintenant ». Par ailleurs, il a annoncé la nomination d’un Premier ministre après les élections locales non sans marteler encore que les événements de mars dernier ne se reproduiront plus jamais.
TROISIÈME MANDAT, NOMINATION D'UN PM, ÉMEUTES DE MARS... Macky Sall se confie à France 24 et Rfi
A cet effet, les journalistes l'ont interrogé sur la commission d'enquête chargée de faire la lumière sur les 14 morts comme l'avait annoncé Sidiki Kaba. Le Président estime que cette commission "attendra" car une enquête judiciaire est en cours.

C’est encore au micro des médias étranges que le chef de l’Etat a préféré évoquer les questions qui font débat ici au Sénégal. En, effet, dans un entretien accordé à Rfi, Macky Sall s’est exprimé sur les évènements de mars, l’affaire Sonko et Adji Sarr, les cas Karim Wade et Khalifa Sall. Ci dessous quelques extraits.

Les cas Karim Wade et Khalifa Sall

« Le débat s’est posé au Sénégal aussi. Est-ce que c’est une amnistie ou une sorte de réhabilitation je ne sais pas trop. Moi je ne suis pas opposé, dans le cadre d’un dialogue, qu’on trouve une solution. Mais qui respecte le droit et la loi. Oui j’y suis favorable, je l’ai déjà dit au cadre unitaire de l’Islalm au Sénégal qui intervient beaucoup pour pacifier le milieu politique. Non je ne suis pas opposé à l’esprit, mais il faut trouver la bonne formule. »

« Il y a un dossier pendant
en Justice et ce dossier sera traité. »


« Ces émeutes ont entrainé, malheureusement, 14 décès. De jeunes gens. Il y a un dossier pendant en Justice et ce dossier sera traité.

La commission d’enquête dès lors que nous avons engagé une procédure judiciaire interne, avec des enquêtes internes, elle attendra que l’enquête nationale se fasse et que ses conclusions soient connues. Là-dessus c’est à la justice de trancher. Moi je n’ai plus rien à dire sur cela.

Ce que je peux vous dire par contre, c’est que ce qui s’est passé en mars ne se passera plus dans ce pays. On ne peut plus laisser les gens, sous quelques prétextes que ce soit, mettre à feu et à sans les biens publics comme privés, comme ça de façon volontaire. »



from Leral.net - Sénégal https://ift.tt/3oEv5fq
via gqrds

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire