Nettoiement sur l’emprise du chemin de fer : Un Bësup Setal de Dalifort à Beaux maraîchers - THIESACTU

Breaking

lundi 3 janvier 2022

Nettoiement sur l’emprise du chemin de fer : Un Bësup Setal de Dalifort à Beaux maraîchers

Hier, le «Bësup Setal» a été marqué à Dakar par le nettoiement de l’emprise du Ter allant de la gare de Dalifort aux Beaux maraîchers. Une opération qui a été menée par l’Ucg en collaboration avec la Seter et l’Apix.
Nettoiement sur l’emprise du chemin de fer : Un Bësup Setal de Dalifort à Beaux maraîchers
Les dernières consignes de sécurité avant d’engager le nettoiement de l’emprise du Train express régional (Ter) allant de la gare de Dalifort à celle des Beaux maraîchers, sont claires : «Ne touchez à aucun objet que vous ne connaissez pas ! De¬mandez toujours votre encadrant Seter pour toute explication ou protection», conseille l’agent de la Société d’exploitation maintenance du Ter (Seter).

Il était en face de centaines de travailleurs mobilisés hier dimanche mar¬quant le «Bësup Setal», Jour¬née nationale de nettoiement. Armés de pelles, de râteaux et autres matériels de nettoiement, ils sont prêts à affronter le terrain. Top, c’est parti pour près de 3 heures de boulot où les équipes de l’Ucg seront rejoints par les autorités étatiques.

D’après le Gouverneur de Dakar, Al Hassan Sall, «en l’organisant ici, ils visent trois objectifs. Le premier, c’est de matérialiser cette instruction du chef de l’Etat qui a demandé à ce que le 1er samedi du mois que la communauté se mobilise aux côtés des autorités pour procéder au nettoiement de la cité». Tout autour de lui, des hommes et des femmes, couche de poussière sur les habits.

Exprimant sa satisfaction par rapport au travail abattu, le Gouverneur ajoute que «le deuxième objectif, c’était de prouver à la population que le Ter leur appartient». Pour lui, le chef de l’Etat, Macky Sall, «en réalisant l’infrastructure, a fait son devoir, lui et son gouvernement. Maintenant le reste revient à la population. C’est l’entretien de la plateforme, c’est de prendre soin des différentes installations. C’est de faire en sorte que ceux-là qui empruntent ce Ter-là se sentent en sécurité en dehors et à l’intérieur de la plateforme, dans la gare mais également dans le train».

Et le troisième objectif, selon toujours Al Hassan Sall, c’est d’assainir la plateforme et l’embellir.


L’objectif n’est pas totalement atteint. Mais les agents ont changé le visage du tracé indiqué. Petits comme gros déchets ont été enlevés sous une épaisse poussière, mis dans des sacs noirs avant d’être embarqués par des bennes à ordures. Ils ont aussi sacrifié au désherbage du petit canal dressé pour les eaux pluviales.

«Nous avons décidé sur le tracé qui a été choisi ce matin de Dalifort à Beaux maraîchers, parce que nous avons 5 riverains symboliques. Nous avons le bassin de Progep à droite, le parc des gros porteurs, le parc des petits ruminants, le marché central au poisson de Pikine, la gare des Beaux maraîchers, c’est ça la logique qui a prévalu au choix de ce tracé ce matin», explique Mountaga Sy, Directeur général de l’Apix, maître d’œuvre des travaux du Ter.

En gilet, casque de chantier ajusté sur la tête, il annonce que l’Ucg, l’Apix et la Seter prévoient de travailler sur le long terme afin de veiller sur la propriété du tracé du Ter. Pour ce faire, des équipes de proximité constituées des jeunes des quartiers traversés par le Ter vont être créées.


Par ailleurs, M. Sy a déclaré que sur le linéaire, il est prévu l’aménagement d’espaces verts sur les 36 km pour embellir la vue du passager, mais aussi les projets connexes comme la construction des maisons des femmes, des terrains de football. Relativement à la journée, Mass Thiam, Directeur général de l’Unité de coordination de gestion des déchets solides, soutient que «le Ter a été aujourd’hui (Ndlr hier) un prétexte pour en faire un spot ici au niveau de Dakar où 300 jeunes du programme Xeyu ndaw yi, des volontaires de la propriété de l’Ucg ont été mobilisés».

Il ajoute : «Mais nous sommes allés bien au-delà parce que rien que pour le département de Dakar, il y a 1200 jeunes qui ont été mobilisés à travers les différentes communes d’arrondissement. Donc nous restons dans la cohérence du programme tel que défini par le Président, à savoir Bissum setal pour les trois premiers mois à partir de l’ensemble des départements et des capitales régionales du Sénégal.»
Le Quotidien



from Leral.net - Sénégal https://ift.tt/3JxvaKh
via gqrds

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire