Arnaqués par deux anciens chefs d’agence de la sn-hlm de Thiès : 2400 acquéreurs de parcelles crient leur désespoir et s’en remettent au Président Macky - THIESACTU

Breaking

samedi 11 juin 2022

Arnaqués par deux anciens chefs d’agence de la sn-hlm de Thiès : 2400 acquéreurs de parcelles crient leur désespoir et s’en remettent au Président Macky

Le collectif des victimes de la SN-HLM de Thiès n’entend pas abandonner la lutte. Pour réclamer l’attribution de leurs terrains dont le prix a déjà été payé ou la restitution de leur argent par la SN-HLM, ces ayants droit qui ont déjà mené plusieurs actions (sit-in, point de marche, marche) sur le site des Parcelles Assainies de Thiès disent vouloir poursuivre le combat jusqu’au bout, rapporte LeTémoin.
Arnaqués par deux anciens chefs d’agence de la sn-hlm de Thiès : 2400 acquéreurs de parcelles crient leur désespoir et s’en remettent au Président Macky
Dans le cadre du programme des Unités 4 et 5 des Parcelles Assainies de Thiès, les dirigeants de la SN-HLM avaient prévu d’attribuer des parcelles viabilisées à des citoyens à faible revenu. Dans le lot : des veuves, des vendeuses de légumes, des retraités etc. Hélas, la promesse n’a pas été tenue, ce qui pousse les concernés à vouloir mener un combat contre la SN-HLM pour la restitution de leur « dignité humaine ». Presque 30 ans après avoir été arnaqués par l’ancien chef d’agence de la SN-HLM, Cheikh Thiam, et son successeur, Mactar Bâ, les victimes, au nombre de 2.400 habitant le quartier de Mbour 4 Extension et dont plusieurs ont assisté à la démolition de leur domicile par la Dscos, rappellent au président de la République la promesse qu’il leur avait faite en 2017, lors du lancement de KMS3, il y a déjà quatre ans. Face aux promesses non tenues par certaines autorités compétentes parmi lesquelles le Dg de la SN-HLM, Mamadou Diagne Sy Mbengue, ces victimes s’en remettent désormais au président Macky Sall. Ils exigent la reconnaissance de leurs versements faits au niveau de CNCAS et que tout l’argent versé par les clients et détourné par l’ex-chef d’agence soit pris en compte.

Le vice-président, Alioune Ndiaye, et le président de la cellule de communication, Gora Ngom, du collectif des victimes de la SN-HLM de Thiès rappellent avoir tenu, ce 15 février 2022, à Dakar, avec l’actuel directeur général de la SN HLM, Mamadou Diagne Sy Mbengue, une réunion qui a été sanctionnée par un PV. Dans celui-ci, « le patron de la société a accepté toutes nos doléances avec la promesse ferme de nous remettre nos parcelles dans les plus brefs délais, aussi de rembourser ceux qui ont eu à payer deux ou trois fois ». Ils renseignent que « les petites parcelles coûtent 930.000 FCFA, les grandes, 1.236.000 FCFA », mais, précisent-ils, « il se trouve que certains parmi nos membres ont payé 4.000.000 FCFA, d’autres, plus de 8.000.000 FCFA ». Une « injustice » qui, selon eux, relève de « la responsabilité du gouvernement de la République du Sénégal », en l’occurrence « le président de la République Macky Sall à qui nous avons adressé deux correspondances mais il n’a pas voulu nous répondre ». Aussi de regretter « la même attitude de la part du Ministère de l’Urbanisme où le maître des lieux s’est emmuré et refuse de nous recevoir ». Les 2400 membres du collectif des victimes de la SN-HLM se disent très remontés contre les autorités administratives de Thiès, en l’occurrence le gouverneur et le préfet qui, selon elles, « se comportent à notre égard comme si nous n’existions pas. Elles ne nous ont jamais reçus et ne parlent jamais de nos problèmes, qui sont pourtant d’une importance capitale pour nous » déplorent-ils.

Plusieurs plaintes déjà déposées au tribunal de grande instance de Thiès mais encore aucun procès
Alioune Ndiaye et Gora Ngom déplorent surtout le fait que « nombre de membres du collectif, des pères et mères de famille qui n’ont où habiter et vivent à la sueur de leur front, en majorité de pauvres ‘’goorgorlous’’ à la retraite, soient devenus aujourd’hui des mendiants parce que toutes leurs économies ont été englouties dans ce site ». Ils accusent les deux ex-chefs d’agence de la SN-HLM de Thiès, Cheikh Thiam et Mactar Bâ, d’avoir « vendu nos parcelles ». Aussi au-delà des parcelles, ils exigent « le règlement du surplus indûment encaissé par la SN-HLM » et aussi des dommages et intérêts parce que, expliquent-ils, « ça fait presque 30 ans qu’on est là à attendre ». Ils sollicitent « l’aide des khalifes généraux des Mourides, des Tidianes, des Layènes, de Ndiassane, de Thiénaba afin qu’ils les aident à rentrer dans leurs droits. Ils s’étonnent du fait que, malgré les plaintes qu’ils ont déposées auprès du tribunal de grande instance de Thiès depuis plus de cinq ans, aucun procès ne se soit tenu à ce jour. Et de comparer leur combat à celui de David contre Goliath. Dans le souci de régler définitivement ce problème, le collectif renseigne qu’il avait adressé une demande d’audience à l’ancien directeur général de la SN-HLM, M. Mamadou Kassé. « Mais il n’a jamais voulu nous recevoir. Il avait fallu l’intervention du ministre des Forces armées d’alors, M. Augustin Tine, pour qu’il nous reçoive. Lors de cette audience, après avoir exposé notre situation et souhaité le règlement définitif de ce problème en vue d’obtenir nos parcelles, M. Kassé nous avait fait savoir que les terrains nous ont été effectivement déjà attribués. Mais puisque les versements ont été détournés par l’ex-chef d’agence, la seule solution était de payer à nouveau et ensuite, traduire en justice M. Thiam », expliquent avec beaucoup de désolation les victimes. Lesquelles souhaitent être rétablies dans leurs droits, après avoir eu à payer une, deux ou trois fois sans jamais être attributaires d’un seul mètre carré de terrain. Ils ne manquent pas de dénoncer les agissements de « prédateurs fonciers » qui se sont accaparés de certains de leurs terrains pour les revendre sans que la SNHLM s’y soit opposée.



from Leral.net - Sénégal https://ift.tt/FScqOnk
via gqrds

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire