Battu et humilié pour la 3e fois de suite à Ziguinchor : le camp présidentiel dérouté par l'équation Ousmane Sonko - THIESACTU

Breaking

mercredi 3 août 2022

Battu et humilié pour la 3e fois de suite à Ziguinchor : le camp présidentiel dérouté par l'équation Ousmane Sonko

Pour la troisième fois de suite, les partisans de BBY de Ziguinchor ont mordu la poussière face au camp de Ousmane Sonko. Comme lors des deux dernières joutes électorales (la présidentielle de 2019 et les locales de janvier dernier), ils ont encore été laminés dans cette circonscription très stratégique par la coalition Yewwi Askan Wi qui est sortie victorieuse dans certains bureaux de vote et notamment dans la ville de Ziguinchor qui concentre plus de 80 % de l’électorat du département, avec même des scores soviétiques.
Battu et humilié pour la 3e fois de suite à Ziguinchor : le camp présidentiel dérouté par l'équation Ousmane Sonko
D’ailleurs, Victorine Ndeye, la tête de liste départementale de la coalition du président Macky Sall, n’a pas mis beaucoup de temps pour reconnaître sa débâcle. Elle a félicité dans la soirée de dimanche même son tombeur, Guy Marius Sagna, tête de liste départementale de YAW.

Cette nouvelle déconvenue de la coalition BBY est venue démontrer que le camp présidentiel n’arrive toujours pas à trouver une solution à l’équation Ousmane Sonko à Ziguinchor.

Cette déconvenue est aussi un désaveu fait aux responsables de BBY de la localité et leurs partisans qui n’ont cessé de déclarer, à l’unisson, durant toute la campagne électorale, qu’après six mois à la tête de la mairie de Ziguinchor, les populations ont tourné le dos à Ousmane Sonko dont le programme ‘’Burok’’ (travail pour le développement) serait transformé en ‘’Buyok’’ (difficultés).

La nouvelle razzia que vient de réaliser la coalition YAW dans la capitale du sud est venue confirmer l’amour qu’ont les Ziguinchorois pour le natif de Bessire à qui ils vouent une confiance aveugle.

Pour preuve, en comparant les résultats des dernières locales à Ziguinchor avec ceux sortis des urnes à l’occasion du scrutin de ce dimanche, on constate que sa coalition a encore considérablement creusé l’écart face à BBY. Tenez, lors des locales, le cumul des voix obtenues par BBY et leur allié Abdoulaye Baldé était de 27 482 voix contre 32 635 pour YAW, soit une différence de 5 153 voix. Et à l’occasion de ces législatives, BBY a engrangé un total de 18024 voix contre 37 498 pour YAW, ce qui fait une différence de 19 474 voix !

Dès lors, la question que tous les observateurs se posent est celle de connaître les facteurs à l’origine de cette nouvelle humiliation du camp présidentiel malgré toute la pléthore de hauts responsables (Benoît Sambou, Doudou Ka, Abdoulaye Baldé, Innocence Ntap, Seydou Sané...) qui ont battu tous campagne pour faire triompher les candidats de Benno ?

Explications à la nouvelle déconvenue du camp présidentiel
On avait vu par exemple un Doudou Ka se démener comme un beau diable pour inverser les choses en faveur de sa coalition. Le directeur général de l’AIBD s’est déployé sur le terrain comme si c’était lui la tête de liste. De l’avis de tous les observateurs, il a mouillé le maillot plus que les candidats de sa coalition que sont Victorine Ndeye et Docteur Moussa Diédhiou.

Il a mené une campagne à l’américaine déployant des moyens colossaux dans toutes les localités du département et au-delà dans toute la région de Ziguinchor avec des caravanes qui dépassent de loin celles de certaines têtes de listes nationales de certaines coalitions qui ont pris part à ces élections. Il a essayé de réveiller tous les réseaux dormants pour faire triompher Victorine Ndeye et son colistier.

Pour Doudou Ka, en effet, il n’était pas question que BBY concède une nouvelle défaite à Ziguinchor, il fallait à tout prix offrir une victoire au président Macky Sall pour lui faire honneur et lui dire merci pour toutes les réalisations qu’il a faites en Casamance depuis son accession au pouvoir. Mais rien n’y fit, à l’arrivée c’était encore un constat amer pour le directeur général de l’Aéroport de Diass

En fait, cette nouvelle défaite de BBY à Ziguinchor s’explique incontestablement par l’aura de Ousmane Sonko qui n’était certes pas directement candidat, mais qui a influencé les Ziguinchorois dont il est le chouchou à voter pour Guy Marius Sagna et Oulimata Sidibé.

Cette influence décisive prouve que le maire de Ziguinchor est dans le cœur de la majorité des Ziguinchorois. Ses consignes sont religieusement exécutées par ces derniers qui ne jurent que par lui. Le fait qu’il n’a pratiquement pas battu campagne dans la région n’a visiblement pas altéré cet amour. La stigmatisation des Casamançais (dont lui-même Ousmane Sonko) par les gens du pouvoir faite aux natifs de la Casamance est devenue une tâche noire dans les rapports entre ces derniers et BBY, cela est aussi un des facteurs qui ont entraîné incontestablement la défaite de Victorine Ndeye et Dr Moussa Diédhiou

Les effets de la stigmatisation

Cette stigmatisation est en train de tuer la coalition BBY dans la région. Les récents événements qui ont eu lieu dans le pays, marqués par la tuerie de fils de la région dans des conditions non encore élucidées, ont davantage accentué le sentiment de désamour des populations de la région vis-à-vis du camp présidentiel.

Mais, les causes de la défaite de la coalition à Ziguinchor sont apparemment internes également. En fait, l’unité retrouvée dont les responsables se vantaient lors du passage de la caravane de Mimi Touré n’était, apparemment, pas réelle. Pour preuve, après ce meeting de la tête de liste nationale, les principaux leaders locaux de la coalition n’ont jamais battu le reste de la campagne ensemble.

D’ailleurs, le jour-même du passage de Mimi, on avait frôlé un incident protocolaire, à l’occasion du meeting qu’elle avait présidé à la place Bambaya. Benoît Sambou, le responsable moral de l’Apr à Ziguinchor pour y avoir implanté le parti présidentiel s’était retranché en arrière-plan de la tribune officielle refusant de s’asseoir devant. Il a fallu une forte insistance de Mimi pour l’amener à accepter de venir se mettre devant. Ce geste était incontestablement fait pour exprimer un sentiment de frustration. Contre qui et par rapport à quoi ? Mystère et boule de gomme !

L’investiture de l’inconnue Victorine Ndeye comme tête de liste départementale qui n’a aucun lien passé avec Ziguinchor a aussi enfoncé la coalition. Certains leaders semblaient battre campagne sans conviction, on les a vus errer d’un quartier à l’autre ou parfois dans les villages mais sans jamais faire monter la température. C’était à se demander même si ces leaders n’ont pas demandé à leurs inconditionnels de faire un vote-sanction contre les candidats de leur propre coalition.

D’ailleurs, comme pour montrer leur désintérêt par rapport à cette campagne, ces leaders n’ont jamais dit aux Casamançais ce qui sera fait à l’Assemblée nationale pour améliorer leurs conditions d’existence ou mettre fin à certaines injustices qu’ils subissent si leurs candidats venaient à gagner.
Avec Le Témoin



from Leral.net - Sénégal https://ift.tt/KRlL2Ws
via gqrds

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire